Réforme de certains rapports juridiques entre les normes en matière d’urbanisme :

Réforme de certains rapports juridiques entre les normes en matière d’urbanisme :

Publié le : 02/07/2020 02 juillet juil. 2020

L’Ordonnance n° 2020-745 du 17 juin 2020 vient rationaliser la hiérarchie des normes applicable aux documents d'urbanisme. Cette rationalisation s’apparente plus à un durcissement qu’à un assouplissement des rapports de normes. Pour autant cette réforme est satisfaisante dans une optique de simplification du droit dans la mesure où le rapport de prise en compte, difficile à appréhender par le juge, s’efface devant le rapport bien maîtrisé de la compatibilité.

Très simplement, le rapport de compatibilité peut être décrit comme le respect de l’esprit de la règle supérieure sans la remettre en cause ou la méconnaître. Il s’agit en définitive d’un rapport de non-contrariété qui est moins strict que celui de la conformité. Ce dernier est assez rare en dehors des règles de compétences ou plus spécifiquement en droit de l’urbanisme dans le cadre de la conformité du permis de construire au règlement du PLU.

Le rapport de prise en compte, très difficile à cerner, a fait l’objet d’une tentative de définition par le juge. Il s’agit, en principe, de ne pas s'écarter des orientations fondamentales du texte supérieur sauf, sous le contrôle du juge, pour un motif tiré de l'intérêt de l'opération envisagée et dans la mesure où ce motif le justifie. 

L’Ordonnance n° 2020-745 du 17 juin 2020 vient donc modifier les rapports de normes pour les schémas de cohérence territoriale, plans locaux d'urbanisme, documents en tenant lieu et cartes communales dont l'élaboration ou la révision est engagée à compter du 1er avril 2021. Il convient de retenir spécifiquement que les documents régionaux et locaux de planification environnementale et énergétique gagneront en densité normative.

Les Schémas de cohérence territoriale devront être compatibles (et non plus prendre en compte) avec, le cas échéant :
  • le schéma régional de cohérence écologique prévu à l'article L. 371-3 du code de l'environnement,
  • le schéma régional des carrières,
  • le schéma départemental d'orientation minière en Guyane.

Les SCOT ne devront plus prendre en compte que :
  • les objectifs des schémas régionaux d'aménagement, de développement durable et d'égalité des territoires,
  • les programmes d'équipement de l'Etat, des collectivités territoriales et des établissements et services publics.

Pour finir, les Plans locaux d’urbanisme devront être compatibles (en non plus prendre en compte) avec les plans-climat-air-énergie territoriaux.

Hubert Delzangles,
Professeur de droit public,
Consultant, Cabinet ARCC.

 

Historique

<< < 1 2 3 4 5 6 7 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.